Opération Blitzkrieg à Cannes !

54eb0dc1944f6Depuis quelques temps, nous sommes enchantés de recevoir des messages, mails et autres pigeons voyageurs pour nous féliciter ou remercier pour nos jeux. Même si les critiques peuvent être constructives, il est aussi bon pour le moral de recevoir des messages d’encouragement, alors merci beaucoup !

 

Puisque Cannes approche, nous avons décidé de marquer le coup. Nous proposerons sur place une offre Blitzkrieg (clin d’œil à la campagne Quartermaster). Mais qu’est-ce donc me direz vous ?

Et bien il suffit de cliquer sur le bouton pour le découvrir :

Cannes: Messieurs Laget et Mouchebeuf sont au rendez-vous !

Dans un précédent article, nous vous avons déjà donné quelques informations au sujet de notre stand lors du festival international des jeux de Cannes 2015 . Mais en voici d’autres.

Lire la suite

ASYNCRON : Cannes sous le signe de l’Epopée !

Nous vous l’avions déjà dit, même si cela n’est pas vraiment une surprise : nous serons au Festival International des Jeux de Cannes. Voici ce qu’il faut retenir :

Lire la suite

Fief et le Festival des jeux de Cannes

Alors que notre campagne Ulule pour Quartermaster bat toujours sont plein, le festival des jeux de Cannes approche à grands pas. Et notre stand devrait vous réserver quelques surprises…

Lire la suite

Embuscade !

27 Août 1430

Le Cardinal Baudoin, évêque de St Gérôme, était en voyage dans le village de Saint André afin d’y percevoir la dîme. Muni d’une escorte digne de son rang, il passait le temps à regarder, au travers des rideaux de sa litière, le paysage alentours. Mais le caractère paisible du voyage fut de courte durée: une flèche venait de se figer dans le cou du sergent à droite de la litière. Une embuscade ! L’étonnement du cardinal fut grand: qui pouvait bien réunir une armée capable de rivaliser avec sa garde? C’est alors que, dans le chaos des combats, sa litière se remit en marche.  Il comprit alors la supercherie: cette attaque n’était qu’une diversion, permettant aux traîtres menant la litière de s’enfuir avec leur précieux prisonnier… Qu’allait-il lui arriver? Dieu seul le savait… Lire la suite

Fief: serviteurs et seigneurs

 « Approchez Damoiselles et Damoiseaux ! Venez écouter l’histoire d’Arthur le laideron qui dut payer une dot pour trouver fille à marier. A moins que vous désiriez entendre les aventures de Blanche l’ingénieuse qui réussit à prendre un château dit imprenable. Je peux vous conter bon nombre d’histoires de diverses contrées : les festins de François l’extravagant où les tables ne désemplissaient pas d’une semaine, le cruel Henri qui faisait subir les tortures les plus immondes à ses prisonniers avant de les tuer ou encore les malheurs de Mireille la maudite qui attirait tempêtes, famines et peste où elle se rendait !

Je suis Jaufré, le troubadour le plus réputé du royaume, et avec moi, vous ne vous ennuierez pas ! »

 

Lire la suite

Fief: L’Ordre du Temple

« – Mes frères, je vous ai convoqué aujourd’hui car les temps sont graves. Nous avons longuement combattu en Terre Sainte pour la gloire de Dieu, protégé le tombeau du Christ afin de permettre à tout chrétien d’y effectuer son pèlerinage et soutenu les seigneurs chrétiens dans leurs croisades. Mais aujourd’hui, le Roi veut condamner notre ordre et saisir ses richesses. J’use de mon influence auprès de sa Sainteté le Pape pour protéger notre ordre. Mais nous devons parer au pire. C’est pour cela que j’ai réuni aujourd’hui les plus fidèles. Nous devons, dans le plus grand secret, veiller à mettre à l’abri nos plus grands trésors. Ils doivent à tout prix être protégés d’un possible pillage de nos commanderies. Et si ce jour devait arriver, sachez que nos détracteurs devront en répondre devant Dieu, j’en fais le serment ! »

Lire la suite

L’Ordre des Chevaliers Teutoniques est en marche !

2ème année de la croisade du Pape Arthur.

Voilà déjà un an que nous assiégions la Sainte ville de Jérusalem. Mon frère Othon, baron de St Paul, avait emmené avec lui bon nombre de ses preux chevaliers. Couplés à mes troupes, la prise de Jérusalem s’annonçait aisée. C’est pourquoi nous lançâmes l’assaut, fiers et conquérants. Alors que le combat était déjà bien avancé, de funestes cors de guerre résonnèrent : une armée sarrasine arrivait en renfort de la ville. Il ne fallut pas longtemps avant d’apercevoir leur chef Saladin. Nous amorçâmes un repli afin de faire face aux nouvelles troupes et éviter de se retrouver entre le marteau et l’enclume. Mon frère et moi même tentions de maintenir l’ordre et la ferveur de nos troupes malgré le coup du sort. Mais nous sentions que notre armée, fatiguée, risquait de rompre face à la vague sarrasine.

Et ce fut là qu’ils arrivèrent. Intrépides et imposants, ils entamèrent une charge dont je me souviendrai encore longtemps. Leurs amures étincelaient sous le soleil d’Orient et leurs destriers, fougueux, martelaient la terre. Rien ne pouvait les arrêter : Dieu même accompagnait leur bras et les protégeait contre les coups. La fureur des chevaliers teutoniques, menés par leur Grand Maître en personne, fit ployer l’armée sarrasine. Nos soldats reprirent espoir et nous nous jetâmes à corps perdu dans les combats. Il ne fallu pas longtemps avant d’entendre les cors annonçant le repli des restes de l’armée de Saladin. Jérusalem était à nous !

Philippe, Comte de St André et, désormais, roi de Jérusalem.

Lire la suite